Comment les plateformes LXP changent la façon d’acquérir de nouvelles compétences

Pratiques L&D

Comment les plateformes LXP changent la façon d’acquérir de nouvelles compétences

Article
Comment les plateformes LXP changent la façon d’acquérir de nouvelles compétences

Les plateformes d’apprentissage LXP ont fait leurs preuves

Dès leur introduction en 2014-2015, les plateformes LXP (Learning eXperience Platforms) ont commencé à transformer l’apprentissage digital en offrant une expérience plus personnalisée. Elles agissent comme de puissants systèmes de diffusion de contenus. Leur impressionnante capacité leur permet de gérer les actifs digitaux d’une entreprise,  les contenus externes ainsi que ceux générés par les utilisateurs.
Ces nouvelles plateformes engagent les apprenants dans un environnement interactif. Cela a pour effet de créer un écosystème centré sur l’apprenant au sein de l’organisation. De ce fait, sa motivation personnelle augmente. L’existance de paramètres sociaux dynamiques où les utilisateurs peuvent partager, évaluer du contenu, et même recevoir des recommandations confèrent aux LXP des avantages supplémentaires.

Les LXP contribuent à de meilleurs résultats pour l’entreprise

Généralement, les entreprises investissent dans les plateformes LXP pour rester compétitives. Ces plateformes de haute technologie sont un excellent moyen de gérer les performances dans toute l’entreprise. Par ailleurs, elles contribuent à évaluer les niveaux de compétence des collaborateurs. Il est possible de répondre aux besoins spécifiques de chacun en les utilisant. Ces plateformes performantes sont capables d’identifier les failles et d’aligner le développement des compétences sur les objectifs de la firme. Leur présence dans l’entreprise contribue également de réduire le turn-over. Un collaborateur satisfait, libre de développer ses talents, restera au sein de l’entreprise. Les LXP contribuent enfin à unifier les équipes et les services en augmentant la collaboration. Cela conduit à une meilleure performance au sein de l’entreprise, et donc à de meilleurs résultats.

Des données, des données et plus de données !

En 2018, dans un article sur les plateformes d’expérience d’apprentissage, nous projetions que nos lieux de travail, en activité permanente, solliciteraient un besoin de plus d’efficience nécessitant, de fait, des technologies de pointe telles que l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, la réalité augmentée, les chatbots et les interfaces conversationnelles. La technologie des LXP a considérablement progressé au cours des dernières années créant une urgence renouvelée sur le marché. Aujourd’hui, le nouvel angle de développement consiste à cultiver une ressource précieuse déjà existante dans la plateforme d’apprentissage : les données.
Les données favorisent un apprentissage plus intelligent. Elles apportent des recommandations basées sur les profils de poste, les intérêts et les niveaux d’expertise. Ainsi, les dispositifs d’apprentissage sont améliorés en créant des correspondances attachées aux contenus, en étiquetant certains programmes avec des compétences connexes. Chaque proposition se fait en fonction des compétences nécessaires à un cheminement de carrière ou encore à un profil de poste.
Les recommandations s’appuyant sur l’usage sont également un moyen probant de personnaliser le développement de compétences des collaborateurs. Une multitude de points de données sont extraits et corrélés via des algorithmes. Grâce à ceux-ci il est possible d’identifier les tendances de l’activité et les intérêts de l’apprenant.
La segmentation des contenus par niveaux, s’appuyant sur l’intelligence artificielle, est également alimentée par les données. Les parcours suivis sont marqués et génèrent automatiquement des métadonnées. Ainsi, cela permet de faire correspondre les niveaux d’apprentissage aux compétences de chaque apprenant. Chacun progresse à son échelle et dans les domaines choisis. En effet, l’approche universelle de l’apprentissage a nuit aux collaborateurs les plus expérimentés. Ils devaient passer par des contenus introductifs dans leurs propre domaines d’expertise. Pour autant, la bonne utilisation des donnés garantit que les collaborateurs moins expérimentés seront bien initiés avant de passer à des contenus plus avancés.

Capacités d’intégration des LMS pour les plateformes LXP

Loin d’être remplacée par des LXP, la plateforme LMS (Learning Management System) est devenue le pilier de ces nouvelles technologies. Au contraire, leur importance dans l’apprentissage digital est croissant. L’intégration est une étapte clé pour que les deux systèmes interagissent de manière transparente. Les données statiques de chaque collaborateur (poste, progression de carrière, niveau d’expertise, etc.) sont associées aux données dynamiques de l’activité sur la plateforme LXP. De ce fait, il est possible d’orienter l’apprentissage de manière plus personnalisée. Une plateforme LXP peut créer un environnement attrayant une fois intégrée dans un LMS. Elle offre un apprentissage à la demande basé sur des sujets, des compétences ou des objectifs spécifiques.

Les points d’amélioration des plateformes LXP

L’attention se porte sur les recommandations issues des données et de la consommation de contenus. Tandis que les mesures de l’impact, de l’efficacité, et de l’acquisition de compétences passent au second plan. Pourtant, le résultat est un élément essentiel pour évaluer la réussite de tout projet de formation et de développement de compétences. Il doit être observé et mesuré. Les résultats sont également importants pour déterminer le retour sur investissement des actions mises en œuvre par les équipes L&D. Par ailleurs, la qualité des contenus et de la pédagogie reste essentielle à une stratégie de projet L&D. Une course effrénée à l’apprentissage digital automatique pourrait en faire perdre cet atout déterminant.
La conception de l’interface, son ergonomie, ainsi que la communication envers les apprenants – Learner Marketing – sont d’autres domaines qui touchent directement l’expérience utilisateur et les taux d’engagement. Le Learner Marketing nécessite une approche pratique de la part des équipes L&D basée sur les analyses de l’engagement et des interactions avec la plateforme. Une communication directe avec les apprenants est nécessaire pour comprendre leur utilisation de la plateforme. Cela peut être fait à l’aide de chatbots, de questionnaires, d’échanges avec la direction par exemple.
Une autre préoccupation essentielle à prendre en compte est la finalité de l’apprentissage personnalisé. Guider le développement des compétences par de l’auto-évaluation ou par le comportement peut être subjectif. Et malgré sa valeur pour chaque collaborateur, l’apprentissage personnalisé peut ne pas toujours servir les objectifs généraux de l’entreprise ou même des services. Les besoins et les attentes des parties prenantes doivent être intégrés dans la stratégie globale de formation afin de créer une symbiose bénéfique entre les deux.

Les défis potentiels qu’implique la gestion de données

L’utilisation de données pose forcément des problèmes de sécurité, en particulier lorsque des API (interface de programmation) et des partenaires tiers consolident l’agrégation d’informations. Ce nouveau flux d’activité des données nécessite une nouvelle architecture informatique afin de garantir la performance continue de la plateforme et sa coexistence avec un LMS.
Concernant les données, un travail préparatoire est nécessaire. Il consiste à rassembler, analyser et paramétrer les compétences et profils aux recommandations. Des millions de points de données sont utilisés pour baliser correctement le contenu et proposer des recommandations vraiment pertinentes.

Regarder vers l’avant

Selon Josh Bersin, une nouvelle évolution technologique se produira probablement avec la fusion de LXP et LMS en une seule et même plateforme. Cependant, cela nécessitera d’abord la résolution des problèmes liés au stockage des données.
Celà dit, la mesure des résultats est concernée par une autre préoccupation. Si les plateformes LXP ne peuvent pas démontrer leur valeur concernant l’acquisition de compétences et l’application à de vrais scénarios de travail, elles perdront rapidement leur attrait.

Lisez aussi