La responsabilisation dans la culture d’équipe augmente la performance

Article

La responsabilisation dans la culture d’équipe augmente la performance

Article
La responsabilisation dans la culture d’équipe augmente la performance

Explorez notre nouvelle collection avec Patrick Lencioni, expert mondial et membre de notre Faculty, pour découvrir comment améliorer la collaboration au sein de vos équipes.

Qu’est-ce que la responsabilisation ? La responsabilisation consiste en l’obligation pour un individu ou une entreprise de justifier ses activités, de prendre ses responsabilités et de divulguer ses résultats en toute transparence. Il est essentiel pour la dynamique d’une équipe que chacun assume la responsabilité de ses actes, ce qui implique que les membres d’une équipe doivent prendre l’habitude de se demander des comptes les uns aux autres.

Cependant, la plupart des collaborateurs évitent de demander des comptes à leurs collègues. Pour Patrick Lencioni, auteur international et expert des dysfonctionnements pouvant survenir au sein des équipes, il ne suffit pas de se faire confiance, d’oser entrer en conflit et de s’engager à agir sur des points concrets. Même quand la dynamique d’équipe est bonne, il y a souvent une hésitation à inciter les autres à répondre de leurs engagements. En effet, c’est une chose d’être en désaccord avec un collègue sur un point, mais c’en est une autre d’affirmer qu’il n’agit pas de la bonne façon selon vous. La situation peut rapidement devenir très désagréable.

Un frein potentiel à la collaboration

Bien souvent, ces réticences nuisent à la productivité de l’équipe, entraînent des retards dans l’exécution des projets et ont un impact négatif sur la performance du groupe. En cas de problème, les collaborateurs qui évitent de demander des comptes aux autres ont tendance à s’adresser directement à leur responsable, ou pire, à en discuter avec d’autres collègues. Cela crée inévitablement des tensions internes et un climat toxique au sein de l’équipe. Si le manager doit jouer le rôle d’arbitre en dernier recours, les collègues doivent en revanche être la principale source de responsabilisation. Ils doivent être les premiers à détecter les problèmes, à les analyser et à proposer de l’aide.

Le maître mot : la confiance

Le fait de proposer de l’aide doit devenir une habitude entre collègues, et les managers doivent valoriser et récompenser ce comportement. Lorsque les managers ont du mal à exiger que leurs collaborateurs répondent de leurs actes (comme c’est souvent le cas), cela peut avoir des effets désastreux sur le reste de l’équipe. Il n’est possible de développer une culture de responsabilisation dans une équipe que si le leader assume son rôle le cas échéant.

Si les collègues s’abstiennent de demander des comptes aux autres, c’est aussi parce qu’ils ne se sentent pas légitimes. Or, même si quelqu’un a plus d’expérience et de connaissances que vous dans un domaine, rien ne vous empêche de le contredire ou de lui faire des suggestions. En réalité, les meilleures idées et le meilleur coaching proviennent souvent de personnes extérieures au domaine en question, car elles apportent un regard nouveau. Si vous travaillez dans un climat de confiance et de vulnérabilité, il est évident que l’objectif n’est pas d’humilier ni de contrarier l’autre, mais de lui proposer de l’aide.
Enfin, les équipes qui parviennent à créer une culture de responsabilisation avec le soutien de leurs managers sont capables de tirer vers le haut les collaborateurs les moins performants, d’identifier les problèmes plus rapidement, de placer la barre plus haut et de renforcer la confiance.

Lisez aussi

NEWSLETTER

Nos dernières nouvelles dans votre boite email.