Formation digitale : quelles nouveautés ?

Article

Formation digitale : quelles nouveautés ?

Article
Formation digitale : quelles nouveautés ?

Peu importe si les jours les plus longs de l’été ne sont plus qu’un souvenir… Et si vous profitiez de la rentrée pour mieux connaître les tendances de la formation digitale ? Comme chaque année, Brandon Hall a publié, en avril dernier, son étude annuelle portant sur la situation et les résultats des différentes solutions de formation. Après avoir interrogé pas moins de 300 entreprises de 31 secteurs et 35 pays différents (y compris la France, le Royaume-Uni et les États-Unis), Brandon Hall a identifié les cinq tendances clés en vogue dans les départements « Learning and Development » du monde entier, faisant ainsi la lumière sur l’actualité de la formation digitale. Voici les meilleures pratiques en la matière…

1 – Explorez les nouvelles technologies

Si l’établissement d’une stratégie de formation a été votre préoccupation majeure ces dernières années, il y a 48 % de probabilités pour que les nouvelles technologies s’imposent dans le cadre de cette stratégie. Pourquoi ? Parce que les entreprises se tournent vers leurs collaborateurs pour trouver des idées. C’est donc sans surprise si 43 % des organisations interrogées souhaitent disposer de plus d’outils sociaux et collaboratifs. La communication interne devient l’un des principaux enjeux, à juste titre d’ailleurs : la manière dont elle est mise en place (et notamment en matière d’apprentissage) affecte la plate-forme de formation et sa conception. Les systèmes de gestion de la formation (LMS) représentent désormais 39 % en moyenne du budget des départements « Learning & Development », un pourcentage qui devrait encore augmenter l’année prochaine. Une part croissante du budget est allouée aux technologies « sociales » sur appareils mobiles, qui représentent aujourd’hui 4,7 %. Un chiffre qui devrait également progresser à l’avenir.

Attention cependant : si ces priorités semblent justifiées, les entreprises portent un regard mitigé vis-à-vis de leurs plates-formes de formation. En effet, la plupart d’entre elles attribuent la note négative de 60/100 à leurs plates-formes, ce qui est surprenant lorsqu’on sait leur rôle capital dans la formation des talents. Prenons l’exemple des forums de discussion. Si pour 46 % des entreprises, ces forums sont essentiels à la plate-forme, seulement 8 % d’entre elles déclarent être satisfaites de leur qualité. Ils reçoivent également la plus faible note sur le plan de la technologie (53/100). Les technologies du just-in-time (juste à temps) et du just-for-me (pour moi seulement), à l’importance sans cesse croissante, pourraient être la réponse à ce désaveu, et offrir une plate-forme permettant aux individus d’accéder aux formations dont ils ont besoin, quand et où ils le souhaitent.

2 – Définissez clairement vos stratégies de formation

Au moment d’adopter une approche formation, quelle qu’elle soit, l’identification de stratégies de formation constitue la première étape nécessaire. Que souhaitez-vous obtenir ? En combien de temps ? Pour quel public ? Dans quelle mesure souhaitez-vous que vos collaborateurs soient impliqués ? Voici autant de questions, parmi tant d’autres, auxquelles vous devrez répondre avant d’investir dans une LMS ou un autre type d’outil d’apprentissage. Il arrive cependant que les stratégies ne soient pas bien définies, ou que les objectifs ne soient pas atteints. Par rapport à 2015, 2016 a vu le nombre d’entreprises souhaitant changer de LMS augmenter de 16 % (soit 44 % des entreprises interrogées !).

Ces décisions sont bien sûr motivées : 88 % des entreprises souhaitent optimiser l’expérience utilisateur, tandis que 75 % sont préoccupées par l’expérience côté administrateur. Un très grand nombre d’entreprises (40 %) considèrent les technologies centrées sur l’apprenant , essentielles à leur activité, comme un meilleur investissement. De plus, 43 % d’entre elles affirment que ces technologies représenteraient un critère non négociable lors du choix d’une nouvelle technologie de formation. Conclusion de ces résultats : les entreprises concentrent de plus en plus leurs efforts sur leurs collaborateurs.

3 – Intégrez la technologie dans davantage de secteurs

La dernière technologie en matière de formation digitale tient en un mot : intégration. Pour 77 % des entreprises, l’intégration est un élément de plus en plus essentiel. Mais 66 % des organisations considèrent encore que cette intégration doit être grandement améliorée. Gestion du contenu et gestion des talents figurent dans le top 3 des systèmes d’informations en ressources humaines (SIRH) les plus intégrés aux technologies de la formation. Toutefois, si les SIRH d’une manière générale sont perçus comme prioritaires en matière d’intégration, 36 % des entreprises estiment que la gestion des talents intégrée est critique. En effet, dans un contexte de « guerre des talents » – apparue au cours d’un XXIe siècle mondialisé – la capacité à retenir une main-d’œuvre talentueuse dans l’entreprise et à se tenir au courant des nouveaux contenus est devenue en tout point essentiel.

Les entreprises ont trouvé la solution à ce problème : les « suites ». Savoir trouver un système intégré auprès d’un fournisseur unique constitue la réponse idéale, alors même que le besoin en technologie capable de répondre aux besoins de tous les collaborateurs se fait plus que jamais ressentir. Un tel système, non content d’accroître la productivité et de réduire la complexité, améliorerait également les résultats des collaborateurs une fois la formation effectuée, et augmenterait leur degré de satisfaction.

4 – Rénovez les technologies de formation

Alors même que la satisfaction globale vis-à-vis des technologies de la formation oscille entre 1,9 et 2,83 (4 étant la note maximum), on peut se demander la raison d’un tel désamour. Cet état peut s’expliquer par une absence de renouvellement ou le besoin d’améliorer les fonctionnalités dans certains domaines. Plusieurs questions semblent cependant légitimes, surtout lorsqu’on constate que 33 % des entreprises ne sont pas du tout satisfaites de leur système de gestion des contenus (LCMS), 41 % du contenu généré par les apprenants et 48 % de la réalité augmentée. En quoi cela est-il un problème, me direz-vous ? Tout simplement parce que ces outils gèrent l’élément clé de toute formation : le contenu. Si le contenu n’est pas correctement géré, comme c’est malheureusement le cas actuellement, le degré d’implication des collaborateurs lors des formations chute inexorablement. De la même manière, les mauvaises notes attribuées à la gestion des outils attractifs (comme les certifications et les parcours pédagogiques) posent un sérieux problème, compte tenu de l’importance de ces outils pour les entreprises et les collaborateurs.

Tout n’est pas perdu cependant. En effet, la satisfaction globale vis-à-vis de la technologie utilisée pour les apprentissages formels est supérieure à celle qui encadre les apprentissages informels. Cela signifie simplement qu’il existe des différences entre les anciens outils de formation et les nouvelles technologies actuellement utilisées en soutien. Si les entreprises ont, aujourd’hui encore, du mal à utiliser les nouvelles technologies et à en saisir la complexité, cela peut s’expliquer par le fait que la période d’adaptation n’est toujours pas terminée.

5 – Mettez à profit les indicateurs clés de performance (KPI)

En dépit de ses nombreux challenges et revers actuels, la technologie a eu un effet très positif sur les indicateurs clés de performance. 40 % des entreprises affirment, en effet, que leurs revenus ont augmenté de 10 % ou plus, tandis que 53 % d’entre elles constatent une progression de leur productivité. Si aucun lien de cause à effet n’est établi entre la technologie et ces bons résultats, ces chiffres indiquent cependant qu’une corrélation existe bel et bien. Les organisations signalent des améliorations sensibles une fois la technologie mise en œuvre : une information très intéressante, dans un monde où le smartphone est l’outil de prédilection.

Les entreprises s’adaptent au nouveau monde technologique des années 2010, au cours desquelles le rôle des technologies de formation dans l’activité globale est important, voire essentiel. Seulement 3 % des entreprises affirment n’avoir aucun projet de mise en œuvre des technologies d’apprentissage. Si l’on tient compte par ailleurs de la taille d’un budget RH moyen, une telle mise en œuvre représente un investissement massif, destiné à faire progresser les technologies de formation. Après tout, ces technologies représentent non seulement notre présent, mais aussi notre avenir.

Lisez aussi