Formation en digital learning ou en présentiel : Qu’en pensent les apprenants ?

Article

Formation en digital learning ou en présentiel : Qu’en pensent les apprenants ?

Article
Formation en digital learning ou en présentiel : Qu’en pensent les apprenants ?

Les critères de jugement entre digital learning et présentiel : nuance et pragmatisme

Les apprenants n’opposent pas le digital-learning aux formations présentielles : une bonne formation en mode digital learning sera toujours meilleure qu’une mauvaise en face à face ! Les perceptions sont principalement influencées par la qualité du contenu ainsi que du niveau d’interaction.
 
Les profils d’apprenants les plus autonomes et engagés tirent un meilleur parti de leurs expériences en digital-learning.
 
Pour les autres (plus nombreux, 70% de notre échantillon), le présentiel reste perçu comme la référence historique en termes de formation.

Article 1 de 5
Dans le but de mieux cerner les attentes et perceptions de ses apprenants, CrossKnowledge a mandaté un cabinet indépendant spécialisé* pour mener une étude qualitative concernant le digital learning et le présentiel sur un échantillon représentatif des publics de ses clients sur 4 marchés de culture et de maturité différentes en termes de pratiques de formation à distance.
Cette série d’articles vous en livre les principaux enseignements à travers 5 problématiques saillantes de l’enquête. Si les questions qui occupent les apprenants sont finalement classiques pour tout professionnel de la formation, elles se posent sous un jour sans cesse renouvelé par l’intensification des pratiques du digital learning qu’expérimentent parfois depuis longtemps les entreprises.

Les critères de jugement entre digital learning et présentiel : nuance et pragmatisme. Les apprenants n’opposent pas le digital-learning aux formations présentielles : une bonne formation en mode digital learning sera toujours meilleure qu’une mauvaise en face à face ! Les perceptions sont principalement influencées par la qualité du contenu ainsi que du niveau d’interaction.

Entre Digital learning et présentiel, le présentiel est favorisé par

  • L’échange – qui stimule l’apprentissage.
  • Le contact humain – qui encourage la cohésion.
  • L’implication – apprendre c’est aussi partager ses expériences, se confronter aux autres.
  • La valorisation : une solution ‘pour moi ‘, financée par mon employeur.

Mais les lourdeurs de la mise en place des formations présentielles sont elles aussi bien identifiées par les apprenants de même que l’hétérogénéité de leur qualité ; la logistique doit être anticipée et organisée, elle est inévitablement chronophage. Le niveau n’est pas toujours celui attendu, la qualité des intervenants faisant toute la différence.

Par rapport au présentiel, le digital learning souffre d’un a priori négatif…

Ceci est encore plus marqué auprès des profils déjà très pourvus en formation (obligatoires ou facultatives), en particulier dans les pays anglo-saxons (UK, USA), où les pratiques sont plus développées.

Les réserves du digital learning

  • Le sentiment de solitude et d’isolement : se retrouver seul face à un écran sans stimulation extérieure est moins motivant.
  • Le manque d’échange avec souvent l’impossibilité de poser des questions ou de s’inscrire dans un réseau d’apprenants.
  • L’ennui face à des exercices répétitifs et rarement créatifs.
  • Le manque de suivi post-formation et d’outils pour mesurer la progression.

Au début, j’ai trouvé ça assez excitant, le e-learning. Mais cela devenait de plus en plus ennuyeux. J’étais aussi distraite par les appels entrants … “ (Femme, 42 ans, Non-Manager, Allemagne)

 

La dynamique d’évolution du digital learning est perçue favorablement

Les apprenants interrogés reconnaissent les avantages et la pertinence croissante du digital learning qui n’est plus vu comme une solution de remplacement mais comme un choix légitime dans un environnement digitalisé :

  • Autonomie et flexibilité, particulièrement appréciées des managers. Cela signifie plus particulièrement la capacité de gérer à son rythme ses avancées, apprendre librement au moment opportun et n’importe où selon ses préférences.
  • Approfondissement : la possibilité de revisiter ses apprentissages pour les consolider et si besoin, revenir en arrière.
  • Agilité via des formats courts par exemple : une stimulation de 5 minutes bien ciblée suffit parfois pour acquérir une compétence additionnelle efficacement.
  • Simplicité d’apprentissage : grâce à des résumés ciblés, et un processus clair, exprimé en quelques lignes.
  • Diversité des formats, propice à la stimulation : modernité et alternance des formats : quizz, films, podcast…

« J’apprécie dans les sessions de e-Learning le fait de pouvoir choisir quand je me connecte, l’autonomie et le suivi de mes progrès, le fait de pouvoir gérer à mon rythme » (Femme, 48 ans, Manager, France)

 

Au-delà de ces atouts, le digital learning peut s’accompagner de personnalisation – par rapport au niveau ou un besoin spécifique. Il peut aussi offrir davantage d’interactions via le réseau d’apprenants. Ces leviers sont aujourd’hui clairement perçus comme des atouts lorsqu’ils sont présents dans les dispositifs mis en œuvre.

Sans exclure l’approche en présentiel, cette étude auprès des apprenants nous révèle que le digital-learning présente de vraies capacités à répondre à de nouveaux besoins en particulier parce qu’il permet de concilier autonomie, liberté et personnalisation, renforçant ainsi les compétences efficacement et en souplesse.

Découvrez nos solutions, et confiez-nous votre besoin en Digital Learning :

* Etude réalisee par SpringVoice, société de recherche en marketing et de conseil en stratégie, spécialisée sur les problématiques de positionnement, de compréhension du consommateur et de Purpose.

Lisez aussi

NEWSLETTER

Nos dernières nouvelles dans votre boite email.