L’intrapreneuriat pour la formation et le développement : une approche pratique

Article

L’intrapreneuriat pour la formation et le développement : une approche pratique

Article
L’intrapreneuriat pour la formation et le développement : une approche pratique

Parmi les leaders de la formation et du développement (L&D), nombreux sont ceux qui souhaitent donner libre cours à l’audace et au talent, et privilégier les actions pertinentes, même celles qui n’entrent pas dans le moule. Certaines des approches adoptées par les startups, telles que la segmentation du marché, l’identification des problèmes et des besoins fonctionnels et émotionnels, ainsi que la collaboration itérative, peuvent avoir un fort impact sur le L&D !

Découvrez dans cet article les techniques entrepreneuriales auxquelles vous pouvez faire appel pour déterminer les besoins de l’entreprise, justifier la nécessité de la formation et la mettre en œuvre dans votre organisation en collaboration avec vos interlocuteurs commerciaux. Désignons ces techniques par l’expression « intrapreneuriat pour la formation et le développement ».

En tant que leaders L&D, notre travail est d’identifier les publics cibles, d’évaluer leurs besoins en formation et d’élaborer des méthodes appropriées. Malheureusement, nous devons également convaincre nos partenaires commerciaux de l’utilité des formations en l’absence de facteurs déclenchants tels qu’un changement de direction, une fusion ou une perturbation externe des activités. Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les excellentes solutions que vous proposez ne trouvent preneurs ?

Vous n’êtes pas le seul à vous poser cette question. C’est dans la nature humaine de centrer la solution sur soi : c’est pourquoi nous nous concentrons uniquement sur les motifs, le contenu et la méthode de formation. C’est comme si nous étions des marteaux qui prennent le reste du monde pour des clous.

Il faut arrêter de voir le monde de notre propre point de vue. Un « intrapreneur » s’intéresse d’abord au client, mais aussi au client du client. Dans notre cas, le client est notre partenaire commercial et leur client, l’un des services de leur entreprise. Comment voient-ils le monde ? Quels sont leurs objectifs ? Leurs problèmes ? Les coûts émotionnels et pratiques de ces difficultés ? Comment résolvent-ils ces problèmes actuellement ? Que pouvons-nous faire pour répondre à ces besoins ? Quels sont leurs indicateurs précurseurs et tardifs de réussite ? Quelles sont les éventuelles solutions que nous pouvons leur offrir ? Que pouvons-nous leur proposer gratuitement en guise d’essai ? Qui peut faire en sorte que ce projet prenne vie ?

Étape 1 : identifiez le client, le client du client et leurs besoins

Les différents services d’une entreprise peuvent être regroupés par fonction, par situation géographique, mais aussi par besoin. Il peut s’agir d’un besoin lié à un problème d’entreprise tel qu’une forte croissance, une faible croissance, un changement de génération, etc.

Posez aux responsables de services et aux collaborateurs des questions ouvertes : « Quels sont les points forts de votre fonctionnement actuel ? Que changeriez-vous si vous disposiez d’une baguette magique, et pourquoi ? Quels sont les changements que vous prévoyez d’ici un an, et pourquoi ? » En posant ces questions à différentes personnes, vous comprendrez de manière approfondie les besoins pratiques et émotionnels de chacun.

Procédez ainsi dans plusieurs services, et vous identifierez des groupes sans lien apparent qui partagent pourtant les mêmes problématiques. Une même solution peut donc être utile à un plus grand nombre de personnes. Plus les besoins du client sont importants, plus vous avez de chance d’en faire un partenaire. Si possible, évitez toutefois de vous précipiter sur les solutions ou la résolution du problème à ce stade.

Étape 2 : définissez les besoins non satisfaits et les coûts

Comment le client résout-il actuellement les problèmes mentionnés ? Ou ne fait-il rien pour les résoudre ? Utilise-t-il des solutions développées en interne en plus des services que vous leur fournissez ?

Il est temps de quantifier les besoins non satisfaits en termes de temps, de coût et de frustration. Récapitulez dans un tableau les problèmes du client, les solutions mises en place, ainsi que leurs coûts en temps, en argent et en investissement émotionnel.

Prenons par exemple une banque qui compte 100 cadres de premier niveau. Les cadres ne sont pas autorisés à prendre les décisions financières dont le budget est compris entre 1 et 5 millions de dollars. Le coût du capital est de 3 %. L’intervention d’un directeur nécessite 4 jours supplémentaires. Parmi les 100 cadres, 10 ont été identifiés comme ayant un fort potentiel (FP).

 

Problème Solutions Besoins non satisfaits Coût en temps Coût financier Coût émotionnel
Autorisation des cadres de premier niveau à prendre des décisions financières Formation au leadership pour les FP
Formation financière en ligne pour tous
Formation au leadership pour les non-FP (Nombre d’employés) x (Nombre de jours de retard dans la prise de décision) (Coût du capital par employé) x (Nombre de jours) Taux de rétention pour les non-FP
Retard d’acquisition de compétences pour 90 cadres 90 x 4 = 360 jours perdus 360 x (3 % x 5 millions de dollars) = 54 millions de dollars de manque à gagner à cause d’une décision tardive Frustration et taux de renouvellement du personnel (cf. enquêtes et durée d’occupation du poste)

Vous disposez probablement d’indicateurs clés de performance (KPI) déjà en place, à partir de la stratégie de l’entreprise et de sa définition de réussite financière et opérationnelle, y compris des indicateurs précurseurs et tardifs. Classez ces KPI en indicateurs internes (tels que la satisfaction, l’harmonisation des compétences, le temps nécessaire pour parvenir à une fonction dirigeante, le recrutement ou le taux de rétention) et externes (tels que la croissance des ventes dans un domaine particulier, le Net Promoter Score (NPS) ou les chiffres d’affaires par région). Vous pourrez ainsi répondre à la question du retour sur investissement en démontrant la rentabilité du résultat. Dans l’idéal, développez les KPI avec l’aide d’un collègue financier.

Étape 3 : construisez la solution avec vos clients en tenant compte de leurs besoins et des KPI

À ce stade, vous avez récolté directement auprès des clients des informations approfondies relatives à leurs besoins, coûts et indicateurs de réussite. Vous avez également établi un dialogue en toute transparence avec votre partenaire commercial et vos collaborateurs. Organisez une séance de brainstorming avec eux, ainsi qu’avec le directeur financier. Commencez par définir le problème tout en vous assurant d’être sur la même longueur d’onde que vos interlocuteurs. Nous sommes convaincus qu’une culture de formation constitue la pierre angulaire de la réussite d’une entreprise, mais ils ne partagent peut-être pas ce point de vue. Il faut combiner la formation et ce qui leur est cher, en construisant ensemble des solutions qui mélangent la formation à d’autres méthodes. Précisez que vous émettez de simples hypothèses et notez-les en tant que telles. Il existe un fossé entre « je sais », qui repose sur des recherches, et « je pense », qui repose sur l’intuition. En deux heures, vous devriez obtenir une liste d’idées à mettre en pratique en fonction des besoins prioritaires.

Étape 4 : répétez les tests pour trouver rapidement les idées qui fonctionnent

Choisissez avec le client les idées qui ont le plus de potentiel et déterminez les hypothèses à tester en premier. Reprenons l’exemple précédent : si l’hypothèse la plus importante concerne la définition de leadership aux yeux de la banque, il est bien trop risqué de déployer un programme auprès de 90 employés sans avoir une connaissance approfondie des éléments à y inclure. Une solution pourrait consister à travailler pendant 30 jours avec 5 personnes prises au hasard parmi les 90, afin de comparer ce que les compétences de leadership signifient pour elles avec la définition donnée par l’entreprise. Cela permet d’écarter le risque en faisant appel aux humains plutôt qu’à un logiciel. C’est un test gratuit qui donnera des résultats tangibles. Appelez-le « projet pilote », une expérience ou un bêta-test afin de rappeler aux clients que certaines parties fonctionneront mieux que d’autres, mais qu’il y aura beaucoup de leçons à en tirer. Un échec n’est pas une défaite. Les enseignements retirés des expériences sont toujours bénéfiques, car ils peuvent améliorer le test suivant. Vous remarquerez que nous n’avons pas encore mentionné les outils, ne sachant pas si nous en aurons besoin.

En mettant l’accent sur les besoins de l’entreprise et l’utilité de la formation pour y répondre, c’est vous qui mènerez le jeu : la plupart des chefs d’entreprise disposent d’excellentes compétences opérationnelles, mais peu d’entre eux sont conscients que la formation peut avoir un effet multiplicateur. Les rôles sont inversés ! Toute l’équipe œuvrera ainsi pour obtenir les résultats escomptés. Comme on soutient ce que l’on a soi-même créé, faites-vous des alliés qui vous aideront à accélérer le processus.

La bonne nouvelle, c’est que les chefs de votre propre entreprise pensent la même chose et sont prêts à vous servir de cobayes pour obtenir des résultats plus vite. Vous trouverez peut-être d’autres intrapreneurs dans votre entreprise pour promouvoir vos idées ! Vous pouvez dès à présent commencer à identifier les services qui ont le plus besoin d’aide.

L’un des avantages de cette approche est qu’elle se concentre sur les besoins et résultats de l’entreprise au lieu de se contenter d’une sélection d’outils et d’une comparaison des fonctionnalités, ce qui apporte de solides arguments en faveur du projet. Vous pouvez également résoudre partiellement des problèmes qui dépassent le cadre de la L&D, puisque vous bénéficiez d’une compréhension transversale de l’entreprise. Enfin, l’intrapreneuriat est révélateur d’une organisation qui encourage la formation – vous êtes donc sur la bonne voie !

Lancez-vous !

Se concentrer sur les besoins du client, présenter de manière convaincante la formation en tant que solution permettant d’y répondre et réaliser des tests auprès de différents services, voilà qui demande de l’audace. C’est la clé de la réussite des entrepreneurs, et c’est aussi ce qui fera de vous un expert reconnu en intrapreneuriat pour la formation et le développement. C’est stimulant et motivant pour les équipes.

Lisez aussi