mLearning : Quels usages pour les applications mobiles ?

Article

mLearning : Quels usages pour les applications mobiles ?

Article
mLearning : Quels usages pour les applications mobiles ?

Inexorablement, le Mobile Learning ou mLearning devient une partie intégrante de la stratégie de formation d’un grand nombre d’organisations. Certaines d’entre elles instaurent des règles en matière de BYOD (Bring Your Own Device) afin de répondre aux exigences des apprenants et à leur besoin d’autonomie pour choisir leur propre manière d’apprendre. Dans cet article, nous nous attacherons à mettre en lumière les usages des applications de formation mobile, qui constituent un moyen efficace et flexible de proposer des parcours de formation accessibles depuis des terminaux nomades (smartphones et tablettes) partout et tout le temps.. Bien entendu, l’accès à internet est requis pour télécharger le parcours puis libre à eux de les suivre en mode connecté ou déconnecté (quoi qu’il en soit, ils doivent être connectés à internet afin que l’information relative à leur progression transite via le LMS).

Le mLearning conjugue de manière effective l’accès « partout » et « tout le temps » pour proposer des formations aux contenus variés. Les options disponibles sur les terminaux mobiles d’aujourd’hui permettent d’intégrer l’apprentissage formel, des compléments à ce dernier et des outils spécifiques de mesure de la performance (Performance Support Tools – PSTs).

Comment les applications mobiles trouvent-elles aujourd’hui le bon compromis dans le cadre d’une stratégie de formation ?

Dans un précédent article intitulé « Améliorer le ROI de la formation digitale« , nous faisions référence au modèle des « 5 moments du besoin » (développé par le Dr. Conrad Gottfredson) qui peut être utilisé pour déterminer quand les apprenants recherchent un soutien via la formation.

En vertu de ces préceptes, les apprenants sont ainsi à la recherche de soutien dans les « 5 moments du besoin » :

  1. Quand ils découvrent un aspect nouveau de la formation (Nouveau)
  2. Quand ils veulent approfondir leurs connaissances et apprendre davantage (Plus)
  3. Quand ils veulent mettre en pratique ou se souvenir de quelque chose (Appliquer)
  4. Quand ils ont besoin de surmonter une difficulté ou de régler un problème (Résoudre)
  5. Quand la situation change (Changer)

Voyons si ce modèle peut être utilisé pour identifier le compromis dont nous parlions plus haut.

En quoi les applications mobiles de formation représentent un avantage ?

Si vous analysez les 5 moments du besoin, les deux premiers renvoient à de l’apprentissage formel tandis que les trois autres se raccrochent aux Performance Support Tools (PSTs). Les applications mobiles peuvent être indistinctement utilisées efficacement pour offrir de la formation formelle (sous forme de briques) ou des compléments informels. Mais ce n’est pas tout. Les PSTs (et particulièrement les pense-bête, les listes à vérifier, les astuces…) sont mis à la disposition des apprenants et intégrés à leur cycle de travail. Les rendre accessibles aux apprenants sur leurs smartphones et tablettes sont un bon moyen pour les inciter à les utiliser dans le cadre de leur travail.

Jetons un œil plus en détail aux possibilités offertes via quelques exemples.

Pour la formation initiale (formation formelle) les applications mobiles peuvent être utilisées pour proposer des briques de micro-formation.

  1. Les applications mobiles représentent un bon vecteur de formation  pour les parcours obligatoires pour les collaborateurs (tels que ceux relatifs à la compliance) en offrant une flexibilité accrue pour accéder au parcours sans besoin de se connecter à internet. Cela permet d’augmenter les taux de complétion sur une période déterminée.
  2. Elles peuvent être également utilisées pour donner de la visibilité aux composantes d’un programme d’induction.
Example_01

Exemple 1:  Des parties d’un programme d’induction sont disponibles via une application mobile. C’est un bon moyen pour les nouveaux collaborateurs d’avoir accès à des informations quand ils le désirent grâce au mode déconnecté.

En complément à l’apprentissage formel.

  1. Les applications mobiles permettent de fournir des évaluations amont et aval pour la partie apprentissage formel (en ligne ou blended).
  2. Elles peuvent être utilisées de manière efficace pour des sessions d’entraînement ou des approfondissements de connaissances via des vidéos, exemples ou scénarios.
Example_02

Exemple 2: Une application gamifiée de gestion du temps avec des exercices pratiques.

 

Performance Support Tools (PSTs): c’est dans ce cadre que les applications mobiles peuvent être utilisées pour plusieurs initiatives portant notamment sur :

  1. La conduite du changement
  2. Le soutien aux politiques de compliance
  3. De courts résumés sur des points clés des politiques des organisations, des procédures, des lignes directrices…
Example_03

Exemple 3: Une application mobile montrant les procédures pour assurer le suivi du travail quotidien, sous la forme d’un pense-bête.

 

Le Social Learning: c’est un domaine émergent pour les applications mobiles. Ces dernières sont un bon moyen d’encourager l’apprentissage collaboratif. Les apprenants peuvent par ce biais partager leurs retours d’expérience et également charger du contenu à partager avec d’autres collaborateurs.

Example_04

Exemple 4: Une application pour faire remonter les comportements contraires à la politique de conformité et d’éthique

 

Toutefois ne vous jetez pas sans réfléchir dans l’arène. Identifiez les éléments suivants avant d’initier la création d’une application mobile de formation.

  1. La stratégie de formation : C’est le véritable point de départ et l’équipe L&D doit identifier les domaines devant être concernés par la formation en mobilité
  2. La culture de formation de l’organisation : Cela peut constituer un obstacle si la majorité des apprenants ne sont pas confortables avec le fait d’apprendre via un support mobile. Pour pallier à cela, les équipes L&D doivent commencer par initier des programmes pour lesquels pour ces applications mobiles deviendront indispensables.
  3. Les politiques organisationnelles : Il est aussi possible qu’il y ait un décalage entre le fait que les apprenants soient prêts à adopter ce support d’apprentissage et l’organisation qui ne serait pas disposée à soutenir l’initiative. Dans de telles situations, les applications mobiles peuvent être utilisées pour mettre en œuvre des programmes de sensibilisation et des « success stories » peuvent contribuer à une révision des politiques internes.
  4. les difficultés techniques : Le LMS nécessite un support technique adapté pour l’adapter au format mobile ainsi que des investissements pour couvrir les coûts associés.

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, les applications mobiles permettent de soutenir les modèles d’apprentissage tant informels que sociaux. Dans un format adapté, elles peuvent être également utilisées pour l’apprentissage formel.

Lisez aussi

NEWSLETTER

Nos dernières nouvelles dans votre boite email.