5 critères pour personnaliser vos dispositifs de formations

Checklist

5 critères pour personnaliser vos dispositifs de formations

Article
5 critères pour personnaliser vos dispositifs de formations

Une des grandes tendances à laquelle nous sommes aujourd’hui confrontés est la demande croissante de personnalisation des dispositifs de formation tant par nos commanditaires que par les apprenants eux-mêmes.

Cette tendance s’explique par…

  • L’hétérogénéité des populations que nous avons à servir

  • Le manque de temps des collaborateurs qui attendent des apports adaptés à leur niveau

  • L’expérience de l’accompagnement individuel chez certains, notamment via le coaching

  • La généralisation des assessments prescriptifs au démarrage des dispositifs blended

  • Une personnalisation croissante des usages en matière de consommation (CRM)

  • Et, en conséquence, notre volonté d’adapter nos solutions pour en optimiser l’efficacité

Jusqu’où aller ?

Il ne s’agit évidemment pas de concevoir un dispositif pour chaque apprenant.
En revanche, nous devons saisir toutes les opportunités de construire des chemins alternatifs au sein de nos parcours pour répondre aux attentes, besoins et usages de nos cibles. Identifier et considérer les attributs qui caractérisent chaque segment d’une population est devenu une condition de performance de l’ingénierie pédagogique.

Les critères discriminants ; le Diagnostic 5E1*

  1. Education – La formation initiale (niveau et type) nous éclaire sur la relation à l’apprentissage de la population à former (autonomie, capacités de conceptualisation, activités et supports privilégiés, sensibilité à l’évaluation…)

  2. Expérience – Le parcours professionnel et la fonction de l’apprenant nous fournissent des indications importantes sur les formations déjà suivies (et leur niveau d’efficacité) ainsi que sur le potentiel de mise en œuvre de la formation à venir

  3. Expertise – Le niveau de maîtrise du sujet de la formation est traditionnellement analysé dans la phase de cadrage. Il est même, de plus en plus souvent, évalué formellement pour définir un ‘point de départ’ collectif et individuel. Il servira à fixer les objectifs pour la cible et offrir à chacun une prescription individualisée.

  4. Engagement – La motivation de la cible par rapport au sujet est généralement un critère insuffisamment pris en considération. Il est tentant pour nos commanditaires d’envisager une formation comme un impératif naturellement mobilisant pour les collaborateurs. Nous savons qu’il n’en est rien. Il est indispensable de connaitre l’appétit de notre public pour le sujet. Cet autre point de départ est indispensable pour réaliser le marketing du dispositif ; donner du sens, exprimer une promesse, réussir le lancement, soutenir le déploiement…

  5. Environnement – Il est constitué à la fois de l’entourage (managers, pairs…), des outils disponibles (accès à un PC) et des occasions de pratiquer qu’offre le quotidien professionnel. Il s’agit évidemment d’un facteur critique en ce sens qu’il conditionne le transfert des compétences en situation opérationnelle, et donc la création de valeur de nos dispositifs. Souvent envisagé sous l’angle des contraintes qu’il génère, l’environnement recèle aussi de multiples opportunités et doit faire l’objet du diagnostic le plus complet.

Une fois de plus, c’est dans les phases amont de cadrage et de conception que se joue la performance de nos solutions. Alors, bon diagnostic…

*Le diagnostic 5E est une des composantes de la Multimodal Scorecard© d’Alberon Partners

Lisez aussi

NEWSLETTER

Nos dernières nouvelles dans votre boite email.